Pour me contacter :  

 

                                   

Comment me définir ? Hé bien voilà, Invalide, chieur mais combatif, je suis de droite, je suis libéral-patriote car j'aime la France, son histoire et sa culture, je refuse la France promise par cette gauche sectaire, dangereuse et malfaisante !


Mon combat pour 2017


  QUAND LA ROSE SE FANERA...

 

J'ai choisi ce titre après la lecture du livre de Monsieur Alain Peyrefitte paru en 1996, car les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets et j'ai bien l'impression que mai 2017 ne sera qu'une triste réplique de mai 1981 et 2012, mes concitoyens ne se sont pas aperçus de la supercherie et il est maintenant trop tard !

Je tente donc, à ma façon, me battre à mon modeste niveau et mes petits moyens sur mon blog : http://hsene.over-blog.com/ et sur ce site internet.

En 1981, en 2012 et en 2017, les Français ont voulu changer de têtes; mais les têtes qu'ils ont choisies voulaient changer de France et changer les Français : la rose socialiste a éclos sur ce malentendu.

Quand on s'entend mal, les torts sont souvent partagés.

Les Français n'ont pas compris que les socialistes croyaient au socialisme; ni que le «socialisme à la française» du P.S. ressemblait comme un frère au «socialisme aux couleurs de la France» du P.C. de 1941 ou De Gaulle a nommé Maurice Thorez Ministre d'Etat et de la fonction publique et fait rentrer en plus 4 Ministres communistes dans son Gouvernement comme il l'avait promis à Staline !

Les Français ont pensé élire un homme libre, et ils ont Macron et ses Macronzoïdes : on leur annonce finalement qu'ils ont signé un chèque en blanc qui les lie irrévocablement.

Ils ont imaginé qu'ils allaient débarrasser le pouvoir des socialistes : on les  retrouve au gouvernement.

Ils ont ajouté foi à ceux qui ont promis que leurs recettes mettraient fin à la crise : ils vont découvrir que la construction des nouveaux socialistes ne fait nullement reculer la crise, mais s'en arrangent et vont l'aggraver.

Ils ont supposé qu'ils garantiraient la paix sociale : ils vont s'apercevoir qu'ils ont mis en branle une nouvelle lutte des classes et le clivage du pays. Etc.….

Ce malentendu va-il durer ?

Les nouveaux socialises ne devront t-ils pas choisir entre l'attachement à leur dogme, et leur maintien aux commandes ?

Mais d'autres voies de sortie s'offrent à eux que le reniement idéologique ou la défaite électorale.

Ils peuvent et vont s'éloigner toujours plus de la démocratie libérale, en se «radicalisant» en instaurant sournoisement une dictature pudiquement cachée derrière l'état d'urgence.

Ils peuvent ériger le malentendu permanent en méthode de gouvernement. Ils peuvent...

Quels choix, à l'opposé, les hommes de la liberté ont-ils à proposer aux Français guettés par la résignation ou la révolte ?

N'est-il pas temps de passer du malentendu à l'espoir, en permettant à ce peuple, purgé de ses fantasmes, de se réconcilier avec lui-même ?

Mes concitoyens vont-ils enfin enlever le masque dogmatique qui leur voile les yeux ?

Je me réserve donc le choix de voter à l'avenir mais il est bien trop tôt pour me décider.

L'analyse de notre société, entamée dans le livre "Le Mal français", de Monsieur Alain Peyrefitte et poursuivie dans son second livre "Quand la rose se fanera" est inséparable d'un combat pour la clarté.

J'attends de voir les programmes précis des uns et des autres, en attendant, je publie ici et ailleurs "mes exigences", celles qui me paraissent indispensables pour sortir le pays de ce cloaque nauséabond.
 

Le 06 septembre 2017


Index Vers 2017 Haut de page   |   Retour

Tweeter